Starry%20Sky_edited.jpg

La Psychothérapie

Transpersonnelle

Née dans les années 1970 de la rencontre de plusieurs thérapeutes, dont Abraham Maslow (cofondateur de la psychologie humaniste) et Stanislav Grof (fondateur de la respiration holotropique), la psychologie transpersonnelle est considérée comme la quatrième vague en psychologie (après la psychanalyse, le cognitivo-comportementalisme, le courant existentiel-humaniste), elle se situe dans la lignée de psychanalystes comme Carl Gustav Jung et Roberto Assagioli notamment, bien que fondée postérieurement.

La psychothérapie transpersonnelle est une psychologie de la conscience. Une thérapie holistique qui prend en compte toutes les dimensions de l’être humain : physique, mentale, émotionnelle (en relation avec le monde) et énergétique, spirituelle (en relation avec le divin/l’univers/le sacré/le mystère).

Elle part du postulat que nous ne sommes pas limités au personnel, au petit moi, à l’égo, et qu’il existe en chacun de nous le Soi, relié à tout ce qui est et à une source potentielle d’amour illimitée.

Lorsque les blessures de l’égo sont adressées & pansées, il cesse d'occuper une trop grande place et cède ainsi l’espace aux vertus intrinsèques de l’Être telle que la compassion, la patience, l’amour, la paix, la joie, la gratitude…. 

"La conscience avec ses différentes modalités est au cœur du transpersonnel. Cette conscience qui vient du fond de notre organisme, même du fond des âges, et qui surgit parfois malgré nous, est un guide, une source d’informations. 

 

La conscience, c’est elle qui nous donne ces informations fondamentales venant de notre guérisseur intérieur.

 

Ce travail sur la conscience et sur les différents niveaux de conscience est la base même de cette approche thérapeutique, tant dans ses composantes théoriques que, plus encore, dans son développement intérieur qui concerne et le patient et le thérapeute.

 

Une psychothérapie à orientation transpersonnelle ne peut se contenter de proposer un travail sur l’ego, bien que cela soit aussi très souvent une nécessité, tant il est vrai que pour beaucoup d’entre nous nous devons d’abord structurer un ego faible et peu différencié.

 

Mais dans la perspective de la psychologie transpersonnelle, l’ego n’est qu’un outil, un véhicule au service de qui nous sommes vraiment, de notre essence. Nous nous attachons à re-situer la problématique de chacun dans une perspective d’évolution qui touche tous les plans de la personne.

 

Le travail thérapeutique vise autant à soulager la souffrance et panser les blessures qu’à soutenir le développement de chacun et à mobiliser les ressources qui sommeillent en nous."

Bernadette Blin

Fondatrice du CESHUM (L'école du Transpersonnel)

Présidente d’EUROTAS (Association Européenne du Transpersonnel)

Vice-présidente du GRETT (Groupe de Recherches et d’Etudes en Thérapies Transpersonelles)

http://www.bernadetteblin.fr/wordpress/

Code de déontologie

Ma pratique est supervisée et règlementée par un code de déontologie qui s'applique à tous les psychopraticiens. Le CesHum a adopté le code de déontologie de la FF2P et de l’EAP. La psychothérapie transpersonnelle comporte des spécificités et pour cette raison, le CesHum s’est engagé à respecter le code de déontologie d’EUROTAS (qui a ajouté des règles supplémentaires à celui de l’EAP).  

© 2021 par Adélaïde Klarwein

crédit photos : Kenia Sadoun / www.keniasadoun.com